L'exercice avec la manche est divisé en quatre étapes ...

Saisir les dents, transférer, se battre, se battre avec l'utilisation d'un bâton de caoutchouc. Initialement, le chien est tenu en laisse. Le formateur met une manche douce. La première étape ou la prise des dents se produit, comme dans le cas d'un exercice avec une saucisse, mais cette fois-ci l'entraîneur est vêtu d'une combinaison de protection. Le but de l'exercice est de faire en sorte que le chien saisisse la manche avec la bouche pleine. À ce stade, le rôle principal est joué par le formateur, qui porte l'entière responsabilité du succès et de l'échec.

L'essentiel est de maintenir le manchon dans la position correcte, toujours horizontalement, pas trop bas ni trop haut, approximativement à la hauteur du bassin. Si l'entraîneur est droitier, la manche est placée sur la main gauche. Dans ce cas, au moment de la collision avec le chien, la personne doit retirer sa main gauche afin que le chien ne tombe pas sur lui et ne se blesse pas. La main droite doit être tendue sur le côté afin de maintenir l'équilibre.

Lorsque le chien attrape la manche, l'entraîneur tend la main gauche vers l'avant pour le soutenir. Ici commence le soi-disant transfert. L'entraîneur tire le chien, en s'assurant qu'il ne lâche pas la manche. Le propriétaire ou l'instructeur se déplace à côté du chien et l'encourage, en essayant de le tenir en laisse pour lui assurer une liberté de mouvement maximale. Si le chien présente de bonnes qualités de combat, après plusieurs exercices de ce type, il passe à une manche rigide et effectue exactement les mêmes exercices avec elle.

Après plusieurs séances, le propriétaire commence à libérer la laisse, laissant au chien une totale liberté. Mais tant qu'il reste toujours à côté d'elle. Chaque occupation se termine toujours par le chien qui saisit la manche et reçoit les éloges et les encouragements du propriétaire. L'étape suivante, à savoir la lutte, dépend également entièrement de l'habileté de l'entraîneur, qui doit d'abord déplacer sa manche de haut en bas, très lentement et doucement, puis de plus en plus avec détermination.

Dans le même temps, la vitesse et le caractère du mouvement sont choisis en fonction du caractère et du militantisme du chien. Enfin, c’est au tour des exercices d’utiliser un bâton de caoutchouc ou un fouet, que l’entraîneur frappe au chien pendant le combat. L'entraîneur doit pouvoir choisir les moments les plus favorables pour les premières frappes, de sorte que le chien ne lâche pas l'objet, ne soit pas effrayé et ne ralentisse pas le mouvement.

Le coup de bâton est appliqué au moment où le chien serre fermement la manche avec ses dents et manifeste une nette volonté de se battre. Après avoir frappé, le dresseur ne devrait pas se retirer, mais poursuivre la lutte afin de renforcer la réaction belliqueuse du chien. Après seulement quelques instants, il lâche sa manche. Si le chien lâche l'objet après l'impact, il devrait revenir à l'étape de glisser ou même à l'étape de saisie avec les dents. Dans le même temps, cependant, l'entraîneur ne doit pas lâcher le fouet pour que le chien soit habitué à son apparence.

Il convient toutefois de rappeler que les chiens bien durcis ignorent tout simplement les coups du bâton. De plus, les grèves les incitent à saisir la manche de manière plus décisive. Par conséquent, après une grève, si le chien affaiblit la pression ou libère même la manche de ses dents, le dresseur est presque toujours responsable du choix du mauvais moment pour frapper.

Catégories Populaires

    Error SQL. Text: Count record = 0. SQL: SELECT url_cat,cat FROM `fr_content` WHERE `type`=1 AND id NOT IN (1,2,3,4,5,6,7) ORDER BY RAND() LIMIT 30;